Cité cathare de Minerveblason languedoc



  

          Au temps joli
        du soleil
   moine








 

BALADES HISTORIQUES  
    
šššššššš



Nous vous proposons ci-dessous des idées de balades historiques, elles sont classées chronologiquement


šbalade de la préhistoire:
(L'histoire du Languedoc commence il y a 72 millions d'années avec le grand dinosaure le plus complet jamais trouvé en France sur la commune d'Esperaza. Elle se poursuit avec les traces d'activités préhistoriques à Carcassonne -vers 1 500 000 ans avant J.C-, puis l'homme de Tautavel, les grottes, dolmens, menhirs du Minervois et la nécropole de Mailhac -de l'âge de pierre à l'âge de fer-).
Vous pourrez vous rendre au musée d'Esperaza, dans la campagne autour de Carcassonne, au musée de Tautavel, découvrir les divers menhirs et dolmens du Minervois puis terminer par les grottes de Bize et la nécropole de Mailhac. Vous pourrez de plus compléter par une des salles du musée de Narbonne consacrée à la préhistoire 


dinosaure desperaza   grotte bize   homme tautavel   dolmen de minerve

                   musée                                             grotte de Bize                                         musée de                                   dolmen 
                   d'Esperaza                                        minervois                                              Tautavel                                    du Minervois 



 
šbalade des Romains:
(Narbonne, première colonie romaine et première fille de Rome hors d'Italie est la première cité romaine des Gaules. En l'an 118 avant J.C., elle devient capitale de la province narbonnaise. Les Romains, séduits par une région qui leur rappelle la Toscane, s'établissent dans la région pendant cinq siècles. ils construisent la Via Domitia pour relier Narbonne à Rome, développent l'architecture de la ville, implantent des ateliers de poterie à Amphoralis, exploitent les carrières de marbre et développent le port de Narbonne pour transporter les produits de Gaule vers Rome. Cette période marque le premier développement de la région).
Vous pourrez voir les vestiges de la Via Domitia, les musées romains à Narbonne et l'horréum, la villa romaine, le musée amphoralis, l'oppidum d'Enserune...
En 1982, Rome a offert à Narbonne une louve pour célébrer cette filiation.
 
via domitia narbonne    louve de rome à narbonne    silène narbonne  fresque romaine narbonne

 
                        via domitia                                                     louve de Narbonne                                              musées de Narbonne
 



šbalade des Wisigoths:
(Les Francs s'installent dans le pays et font allégeance à Rome et son église. A la même époque, les Wisigoths envahissent le Languedoc. Les Wisigoths s'établissent ici pendant trois siècles sur un puissant et riche territoire qui s'étend du sud de la Loire à Tolède et dont la capitale est Toulouse, jusqu'à la défaite d'Alaric face à l'armée du premier roi Franc Clovis. Ils se replient alors dans le Languedoc (ou Septimanie)  et leur royaume d'Espagne. Ils émancipent complètement leur royaume de la tyrannie de Rome et lui donnent le nom de Gallia. Ils sont de confession aryenne et appliquent la tolérance religieuse sur leur terre. Ils accueillent dans leur fief les persécutés de la barbarie des Francs et de l'église romaine. C'est ainsi que beaucoup de juifs se réfugient à Narbonne à cette époque. Ils promulguent avec le bréviaire d'Alaric les bases du code civil français, qui seront appliquées d'abord sur leur terre, ensuite par le roi des Francs Clovis puis constamment durant le Moyen-Age. Ce texte apporte à la civilisation européenne un progrès fondamental : la notion d'état, la distinction entre droit public et droit privé, les statuts sociaux, la régulation des transactions commerciales, les rapports avec l'église, tout ce qui constitue un monde ou la violence barbare est jugulée par le droit normatif. Le royaume wisigoth tiendra en Languedoc jusqu'à l'occupation des Sarrasins.)
Vous pourrez vous promener dans leur pas dans la montagne d'Alaric, à Rennes le Château, ou découvrir la nécropole de Moural des Morts.
 

 Rennes le Chateau                  nécropole de Moural des Morts                  montagne d`Alaric

 
                Rennes le Château                                                      Nécropole de Moural                                                   Montagne d'Alaric
                                                                                                     des Morts     




šbalade des Sarrasins
(Suite au départ des rois wisigoths, au VIIIe siècle, une diversité de peuples et d'influences co-existent dans la région, les armées passent mais les hommes restent, car l'ouverture d'esprit prévaut toujours. Narbonne devient, sans heurt, musulmane en 719. Contrairement aux Francs, les Sarrasins représentent à cette époque la civilisation la plus évoluée. Ils permettent aux chrétiens et aux juifs, contre paiement, de pratiquer librement leur religion. Ils apportent au Languedoc la civilisation des Ommeyades : le chant, la poésie, la calligraphie, l'alchimie, l'astrologie, l'algèbre.... et marquent définitivement de leur culture cette terre. Après plusieurs batailles, les Francs progressent petit à petit dans le Languedoc, mais Narbonne résiste toujours. En conséquence, ils font le siège de Narbonne en 737 mais musulmans, juifs, wisigoths et gallo-romains résistent ensemble aux francs sanguinaires. Pris au piège, pour libérer la ville, les Sarrasins font appel à leurs armées d'Espagne et du Magreb pour asséner une lourde défaite aux Francs. L'imposante armée du Maghreb fait voile vers l'étang de Bages-Sigean, pendant que la cavalerie arabe d'Espagne franchit les Pyrénées en direction de Portel des Corbières. Surgissant du massif de Fontfroide, l'armée de Charles Martel fond sur les sarrasins dans les gorges de la rivière Berre, séparant ainsi la cavalerie des troupes arrivées par la mer. Martel les poursuit jusqu'à Durban en montagne et Port Mahon en mer, semant un carnage terrible derrière lui et mettant fin à l'expansion arabe à l'intérieur du futur royaume de France. Seulement, Narbonne reste arabe... C'est seulement en 759, que son fils Pépin le Bref reprendra Narbonne. Fait unique en France, la ville sera restée musulmane pendant 40 ans.)
Vous pourrez suivre leurs traces dans le massif de Fontfroide, dans les gorges de la Berre, ou autour de Port Mahon, sur l'étang de Bages-Sigean.


calife de narbonne              chant zhiyab                Charles Martel


                      Calife                                                                     culture sarrasine                                                            Charles Martel




šbalade des églises et abbayes
(Les Carolingiens ne restent dans le comté de Narbonne que trois ans, le temps d'installer les seigneuries locales et de favoriser l'expansion de l'église de Rome. Du VIIIe au XIe siècle, les seigneurs féodaux se déchirent pour la possession des terres et assoient finalement leur pouvoir grâce aux liens tissés par les mariages, les vicomtés naissent (Carcassonne, Narbonne, Béziers, Albi, Toulouse). L'église catholique, quant à elle, confirme sa présence et sa puissance durant la même période et développe de nombreuses paroisses avec la mise en place d'un pouvoir ecclésiastique. Elle implante de beaux joyaux architecturaux dans l'Aude et accomplit des prouesses dans le domaine de l'irrigation... Dans le domaine musical, au XIe siècle, les abbayes dispensent l'enseignement musical à des civils, elles forment ainsi les premiers troubadours. Poètes et musiciens, conscients de leur rôle social et philosophique, ils interprètent leurs oeuvres poétiques en ancien occitan dans les cours seigneuriales du pays d'oc. Ils abordent deux thèmes : la fin'amor ou amour courtois et l'éloge ou critique sociale et politique. Cette culture se diffuse bientôt dans toute l'Europe.)
Vous pourrez contempler les merveilles architecturales des abbayes de Fontfroide, de Lagrasse, de Caunes-Minervois, des églises de Pouzols, de Ginestas, de Rieux Minervois, ou admirer la géométrie parfaite de  Montady.. Vous pourrez comprendre la culture des troubadours en visitant le musée des instruments du Moyen-Age.


abbaye de Fontfroide                Eglise de Rieux-Minervos                       Abbaye de Caunes-Minervosi

 
                       Fontfroide                                                          Rieux Minervois                                                                Caunes-Minervois

 


 šbalade des Cathares
(Du Xe au XIIIe siècle, le catharisme s'étend dans toute l'Europe, en réaction à un dogme catholique jugé trop ostentatoire, corrompu, éloigné des valeurs premières du christianisme. Le Languedoc connaît le catharisme le plus exacerbé : toutes les classes de la société se convertissent. C'est toujours un riche et vaste territoire (tout le sud ouest de la France), ou les différents peuples coexistent dans la tolérance depuis les wisigoths, uni par sa langue "l'OC", avec des vélléités d'indépendance, placé stratégiquement des contreforts des Pyrénées à ceux du Massif central, administré par le comte de Toulouse, protégé par le Roi de France Philippe Auguste dont il est le grand vassal et très lié au roi d'Aragon. Le pape conclut à l'hérésie de cette "croyance" et à l'excommunication des cathares (à l'époque parfaits ou bons hommes). Il crée l'ordre des dominicains et l'Inquisition pour extirper cette croyance, demande plusieurs actions au roi de France, en vain. Face à une implantation trop profonde dans les comtés de Carcassonne, Narbonne, Béziers, Albi et Toulouse, le pape lance en 1209 la croisade contre les Albigeois justifiée par le meurtre du légat du pape dans le Lauragais. Ce meurtre contraint le roi de France à s'opposer au comte de Toulouse. Il refuse cependant de mener personnellement l'armée croisée contre son vassal et choisit trois de ses grands seigneurs pour réunir l'armée des chevaliers croisés. Leur première action est le sac de Béziers, suivi du siège de Carcassonne. Après la capitulation des deux villes, l'armée est placée sous les ordres de Simon de Montfort. Tandis que le comte de Toulouse Raymond VI fait amende honorable, le vicomte de Carcassonne est jeté en prison, les citadelles tombent les unes après les autres et en 1321, après 112 ans de guerre, Guilhem Bélibaste, dernier parfait connu est brûlé. La portée de cette croisade est historique : tout le Languedoc est  rattaché à la couronne de France, il agrandit définitivement le royaume, il lui procure des accès à la méditerranée, aux Pyrénées et aux richesses culturelles et matérielles du Languedoc. L'église renforce sa puissance suite à cette victoire (cathédrale St Just et St Pasteur, palais des archevêques de Narbonne, de Béziers...), elle institue de nouveaux ordres prêcheurs et met en application l'inquisition à toute la chrétienté.)
Vous pourrez suivre les traces des cathares dans les nombreux sites majeurs tels la ville de Béziers, le Château de Carcassonne, la cité de Minerve, le château de Villerouge-Thermenès, (plus Monségur, Lavaur, Toulouse, Avignonet-Lauragais et Albi) mais également les sites de moindre importance historique comme les châteaux de Peyrepertuse, Queribus, Puylaurens...qui ont été modifiés par Saint-Louis.

 
cité de Béziers                  symbole cathare                   cité de carcassonne 2  
             

                           Béziers                                                             Monument aux                                                          Cité de Carcassonne
                                                                                                    cathares-Minerve 

                                                                                                                                    
montfort                      reddition des cathares à carcassonne                        raymond VI comte de toulouse  
                                         
 
                  Simon de Montfort                                                             Reddition de                                                                  Raymond VI 
                                                                                                            Carcassonne

                                                                                   


 
 Le Languedoc s'endort peu à peu sous la tutelle royale, mais fidèle à sa réputation de terre humaniste, il s'enflamme à chaque guerre de religion. Il se réveille à nouveau sous le règne de Louis XIV, pour un quatrième essor culturel et économique.
 
 


šbalade de Molière
(Vers la fin de 1645, Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, avec quelques comédiens naufragés de l'Illustre Théâtre", sillonne les routes du Languedoc. Il apprend son métier d'acteur, perfectionne son jeu comique en jouant devant les publics les plus divers et devient directeur de la troupe. En 1650, les Etats Généraux du Languedoc se tiennent à Pézenas et la troupe est sélectionnée pour présenter un spectacle. Trois ans plus tard, Molière devient comédien au service des Etats Généraux et du Prince de Conti, un grand seigneur libertin et amateur de théâtre, troisième personnage du royaume. Une ère de prospérité et d'inspiration s'ouvre pour la troupe, jusqu'à la crise mystique du prince, qui vire à la dévotion sous l'influence de son confesseur, l'abbé Rouquette en 1657. C'est la fin de la protection du Prince et il quitte la région avec sa troupe . Il retourne à Paris et sous la protection du frère du roi, devient le dramaturge préféré de Louis XIV, qu'il divertira avec ses pièces les plus célèbres comme "les précieuses ridicules", " Sganarelle ou le cocu imaginaire". Considéré comme l'âme de la Comédie Française, il en est toujours l'auteur le plus joué. Marcel Pagnol a écrit : "Si Jean-Baptiste Poquelin est né à Paris, Molière est né à Pézenas".)
Vous pourrez assister à des représentations de ces oeuvres lors du festival Molière organisé chaque année, visiter le musée de Vulliod, ou ressentir sa présence au hasard des ruelles et hotels particulieres du XVIIe siècle qui composent le circuit Molière dans Pézenas.


pezenas                        molière                        pièce de théâtre de Molière

 
                   Pézenas                                                                         Molière                                                                             Pièce de Molière





 
šbalade du Canal du Midi
(L'idée de joindre l'Atlantique et la Méditerranée, pour éviter le détour par les côtes d'Espagne (3000 kms à parcourir), le détroit de Gibraltar, les tempêtes et les périls d'attaques de Barbaresques, est une idée dans l'air bien avant le règne de Louis XIV. En effet, Néron, Auguste du temps des Romains, Charlemagne, François Ier, Charles IX, Henri IV ont tous émis l'ambition de réaliser cet exploit, sans pouvoir assurer la faisabiité de cette jonction. C'est en 1662, que Pierre-Paul Riquet, percepteur et futur architecte, cherche à amener de l'eau à l'endroit culminant du futur Canal, (le seuil de Naurouze) en un point de partage afin qu'elle s'écoule vers le versant méditerranéen et le versant atlantique. Sa connaissance de la Montagne Noire, et de ses cours d'eau l'amène à imaginer un système d'alimentation basé sur le détournement de l'eau par le captage de plusieurs ruisseaux et rivières. Grâce à l'obstination de son architecte, le Canal du Midi est achevé en 1667 et inauguré en 1681. Il est le fruit d'hommes exceptionnels (le roi Louis XIV, le Ministre Colbert, l'inventeur et percepteur Riquet et le Commissaire Général des Fortifications Vauban). Il est également le fruit d'une politique sociale en avance sur son temps : les salaires sont plus élevés qu'ailleurs et mensualisés, l'âge des ouvriers est limité entre 20 et 50 ans. Les jours chômés, de maladie, de pluie, de fête, les dimanches sont payés. Un logement est mis à disposition de chacun. Décidemment, Pierre-Paul Riquet est un grand précurseur. Cette politique sociale lui permet de faire cet ouvrage dans un temps record au regard des moyens techniques de l'époque. En 1789, les révolutionnaires renomment "le Canal Royal en Languedoc"  en "Canal du Midi". En 1898, l'état légifère et lie en un seul et unique canal tous les canaux de l'estuaire de la Gironde à la Méditerranée. Le Canal apporte communication, transports et développement économique, entre l'Est et l'Ouest, le Nord et le Sud, la Méditerranée et l'Océan. Les vins, céréales, soie, sel  transitent sur le Canal, même à l'époque des locomotives à vapeur. Cependant, l'avènement du moteur et des pétroliers en 1925, change le destin du Canal, et le transport de marchandises est abandonné au profit de la navigation de plaisance.  Dans les années 90, le Canal est renommé le Canal des Deux Mers, mais les  riverains l'appellent toujours le Canal du Midi.)
L'oeuvre du Canal du Midi est extraordinaire par son envergure, l'ingéniosité de son système d'alimentation et le nombre de travaux titanesques réalisés que vous pourrez contempler au Somail,  aux écluses de Fonséranne, à l'aqueduc de la Cesse, au pont canal d'Argent-double, au tunnel de Malpas... Depuis 1996, il est classé dans la liste du patrimoine de l'humanité par l'Unesco. Il est le plus ancien  canal d'Europe encore en fonctionnement.



Pierre Paul Riquet                          Louis XIV                          Vauban

                  Pierre-Paul Riquet                                                            Louis XIV                                                                       Vauban


jonction du canal              écluses de fonseranne               pont canal sur la Cesse  

 
               jonction autour de Ginestas                                      écluses de fonseranne                                                       pont suspendu





šbalade des carrières du Roi :
Les marbres de Caunes Minervois, étaient déjà appréciés par les Romains (traces dans les villas antiques du Minervois et jusque dans la grande mosquée de Cordoue, en Espagne). Utilisés ensuite par les sculpteurs médiévaux (chapiteaux préromans à l'abbatiale et colonnes à Fontfroide), les marbres rouges de Caunes voient leur exploitation reprise par un sculpteur de la riviera génoise vers 1615. Les échanges se multiplient entre Carrare (marbre blanc) et Caunes tandis que les édifices religieux du midi profitent de ce décor chatoyant comme colonnes ou éléments de retable. Dès 1666, des compagnies marbrières commandent les marbres "incarnat" et "turquin" pour des sculptures à Versailles. L'ouverture du Canal du Midi en 1681 facilite le transport jusqu'à la Garonne, puis par mer, de Bordeaux vers le Havre et remontant la Seine jusqu'à Paris. Un chemin est construit par les Etats du Languedoc pour atteindre le port de Puicéric. Un rêt royal de 1700 assure le monopole royal du matériau et Louis XIV se fait réserver la carrière de la Malecasse (aujoud'hui site protégé). Les plus remarquables monuments royaux ou impériaux de Louis XIV à Napoléon III, mettent en valeur le marbre de Caunes : Fontainebleau, Versailles, Marly, le Louvre, les Invalides, le Carroussel, l'Opéra de Paris... Vendues en 1807, les cinq principales carrières sont adjugées à une société de marbriers qui exporte le marbre à travers la France et l'étranger, procurant au village une renommée internationale méritée. Depuis 1965, les blocs sont directement acheminés par camions vers l'Italie et sont diffusés largement aux Etats-Unis, dans les pays arabes et au Japon.
Vous pourrez visiter ces carrières à Caunes-Minervois.



carrières de marbre de caunes minervois   mosquée de cordoue  chateau de versailles    tombeau de napoleon
 
               Caunes-Minervois                          mosquée de Cordoue                          château de Versailles                        Les Invalides
                                                                      (Espagne)





šbalade des vignobles:
La culture du vin se développe au XVIIIe et XIXe siècles dans le Languedoc : grâce au port de Sète, au Canal du Midi, au chemin de fer, à l'industrialisation de la France et à une conservation améliorée. A la fin du XIXe siècle, la viticulture française fait face aux maladies. La misère s'installe. Après traitements, la vigne se régénère et la surface plantée en vignes augmente dans le Languedoc. La région fournit environ 40% de la production française de vin et s'enrichit rapidement, d'immenses domaines naissent, de nombreux emplois se créent dans les secteurs induits. Les petits propriétaires s'organisent : la cave coopérative de Marausson est construite en 1905. Les caves coopératives se répandent dans le Languedoc. Leur principe est la mise en commun des outils de production et des bénéfices de la vente. De 1904 à 1907, les récoltes sont trop abondantes, le cours du vin et les ventes baissent inexorablement, une concurrence déloyale de faux vins s'y ajoute. En 1907, la misère s'installe, elle touche toute la population du Languedoc. Le 11 mars 1907, 87 vignerons d'Argeliers, menés par Marcelin Albert se révoltent et demandent à s'entretenir avec des parlementaires à Narbonne. Le mouvement s'accélère, gagne en ampleur et rassemble un demi-million  de personnes à Montpellier. C'est la plus grosse manifestation de la troisième République. Tout le Languedoc semble se liguer contre Clémenceau. L'état envoie l'armée qui fait feu sur les manifestants causant des morts à diverses reprises. La révolte vigneronne ne faiblit pas et rassemble toutes les tendances politiques; pour protester contre l'absence de solution proposée par le gouvernement. 600 maires annoncent leur démission et mènent une fronde des élus ; le 19 juin, Ernest Ferroul meneur de la fronde est emprisonné. La nouvelle de l'arrestation programmée de tous les membres du Comité d'Argeliers met le feu aux poudres ; Incidents, ripostes de la cavalerie et morts se succèdent pendant 2 jours. Cette répression commandée par Clémenceau, révolte les soldats du 17e régiment d'infanterie (issus de la région). Ils se mutinent, emportent armes et munitions et marchent sur Béziers. Sur place, ils s'installent par terre et fraternisent avec la population qui les nourrit. Les autorités militaires font chasser les mutins, en attendant des mesures disciplinaires. Suite à ces évênements, les conscrits effectueront désormais leur service militaire loin de chez eux. Marcellin Albert se cache à Paris. L'Assemblée nationale débat du projet de loi contre la fraude viticole sans lui. Il réussit cependant à voir Clémenceau, qui le persuade de rentrer et de calmer la rébellion. Clémenceau l'emprisonne, le discrédite adroitement dans les médias et réussit ainsi à diviser le Comité d'Argeliers. Pendant ce temps, le Parlement adopte des lois pour réduire la fraude des vins et promulgue les AOC. La Confédération générale viticole est créée.
Depuis, les viticulteurs de l'Aude continuent à se battre et accélèrent la conversion des vignobles en bio. Par leur résistance à maintenir les vignobles contre les spéculations industrielles, commerciales et immobilières, au cours du XXe siècle, ils ont contribué à entretenir la beauté des paysages de l'Aude. Vous ne pourrez manquer de tomber sous leur charme, si vous empruntez les diverses routes des vins du Minervois ou des Corbières.


révolte des vignerons de l`aude 1907                     marcelin albert                  marseillaise des vignerons

                                                                                                       Marcelin Albert   

manifestation à Narbonne 1907                   soutien des militaires 1907                             entretien avec clémenceau

                                                                                                                                                                                       Marcelin et Clémenceau




šhaut de page È 

 
šššššššš
 





 
Afficher la suite de cette page



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement